L’entrepreneuse

Je m’appelle Manon Latgé, j’ai 25 ans et je suis originaire de Toulouse. Ayant toujours été attirée par l’entreprenariat, c’est donc tout naturellement que j’ai suivi le Master in Entrepreneurship de l’EDHEC Business School, avant d’intégrer Centrale Paris en 2014.

C’est au sein de start-ups telles que Leetchi.com que j’ai fait mes armes, et je lance une première entreprise en guise de projet de fin d’études à l’EDHEC.

Année de création

Octobre 2015

Le pitch

Né à propose aux maternités privées de créer leur propre marque, en l’apposant sur des produits dermo-cosmétiques bio, fabriqués en France, garantis sans molécules à risque, et développés en partenariat avec les professionnels de la maternité. Ces produits sont utilisés par les équipes de soin au soin de la maternité, et les futures mamans les découvrent sous forme d’échantillons dans leurs chambres, lors de leur séjour. Ces produits au nom de la maternité sont vendus à l’accueil de l’établissement, et les mamans, une fois rentrées chez elles, peuvent les commander sur un site e-commerce dédié.

Grâce à Né à, les maternités peuvent acquérir une vraie indépendance dans leur choix de produits qu’elles proposent aux futures mamans. Ces produits sont approuvés par l’ensemble des professionnels de la maternité concernée.

Pour les mamans n’ayant pas accouché chez une maternité partenaire, il existe les produits génériques « Né à » sans nom de maternité, afin qu’elles aient également accès aux produits développés par les professionnels de la maternité.

Pourquoi cette idée ?

Aînée d’une famille de 4 enfants, j’ai 15 ans d’écart avec ma plus jeune sœur. Lors d’un déjeuner en été, nous nous sommes rendus compte que nous sommes  tous nés dans la même maternité, et que c’est une réelle fierté pour la plus jeune de partager son lieu de naissance avec ses grands frères et sœurs.

M’est alors apparue la conclusion suivante : on est forcément attaché à sa maternité de naissance, alors que c’est un lieu dont on ne se souvient pas, et où l’on ne retourne, à peu de choses près, jamais.

Une maternité fonctionne en réalité comme une vraie marque de confiance.

Une histoire drôle vécue?

Chez notre premier client, la Clinique de Sarrus-Teinturiers à Toulouse, j’ai discuté avec une patiente qui venait d’accoucher, et qui m’a raconté avoir fait 800 km en voiture (les femmes enceintes n’ont pas le droit de prendre l’avion lors des derniers mois) afin afin qu’il y ait écrit « Toulouse » écrit sur l’acte de naissance de son bébé

Enfin, un mot pour les jeunes parents?

L’épiderme des bébés finit de se développer lors des premiers mois après la naissance, il est donc très fragile. Prêter attention aux produits qui vont être en contact avec leur peau est primordial.

Share This