Quel mode de garde choisir?

Le comparateur des modes de garde

C’est la question que tout parent se pose, que ce soit le premier enfant ou non. On vous donne quelques billes pour choisir en toute sérénité.
Ce choix dépend d’un grand nombre de critères, que ce soient des critères pratiques (localisation, horaires, …), économiques, ou liés au développement de votre enfant (collectivité ou non, âge …).
Nous avons essayé de lister un certain nombre de critères pour vous guider dans votre choix – il n’y a aucun mauvais choix pour le mode de garde de votre enfant, chacun a ses avantages et ses inconvénients !
Vous trouverez plus bas des liens vers les descriptifs détaillés des différents modes de garde, mais en voici déjà un résumé.

Le coût de la garde d’enfant

C’est sans doute une des premières préoccupations des parents. Afin de vous aider à y voir plus clair, nous avons voulu résumer, à titre indicatif (*), le coût net des différents modes de garde (après déduction des différents aides, hors réduction d’impôts), lorsque vous avez 1 enfant à charge.

Note : Pour les crèches, ces coûts sont indiqués sur une base de 220 heures, soit 5 jours par semaine, 10 heures par jour. Pour les assistantes maternelles libérales et les gardes à domicile, le salaire considéré est un SMIC.

Les différents modes de garde

1. Les modes de gardes gérés par la mairie ou le conseil général :

La crèche municipale

Le grand classique ! Les enfants de 3 mois à 3 ans sont accueillis en collectivité dans une structure dédiée. Les enfants sont encadrés par des professionnels, diplômés de la petite enfance. Cet accueil est prévu sur un planning fixe et régulier organisé en fonction de la demande des parents au moment de l’inscription.

C'est le mode de garde préféré des français!

Le lieu

Les crèches accueillent les enfants dans un espace aménagé disposant d’équipements adaptés à la petite enfance. Chaque établissement est soumis à un agrément de la PMI et l’autorisation d’ouverture est délivrée par la commission de sécurité de la commune. Des contrôles réguliers sont menés.

Généralement, les différents espaces dans une crèche sont : la salle de vie (où les enfants passent la plupart de leur temps), dortoirs séparés de la salle de jeux / salle de vie, le local poussette, le bureau de la directrice, la cuisine, le local d’entretien, la buanderie, la salle de pause du personnel. Certaines crèches bénéficient en plus d’une salle de motricité et d’un espace extérieur.

L’équipe :

L’équipe d’accueil dispose de diplômes spécifiques petite enfance et le nombre de professionnels est calculé en fonction du nombre d’enfants accueillis (1 adulte pour 5 enfants qui ne marchent pas / 1 adulte pour 8 enfants qui marchent).

La directrice est soit une infirmière, une infirmière puéricultrice, un éducateur de jeunes enfants. L’équipe est composée de :

  • Educateurs de jeunes enfants
  • Auxiliaires de puériculture, qui sont diplômés suite à une formation d’un an. Ils peuvent administrer des traitements sous le contrôle d’une puéricultrice ou d’un médecin. Ils ont suivi une formation détaillée pour prendre en charge un enfant au quotidien dans une crèche, sont formés aux différents besoins de l’enfant et ses différentes étapes de développement. Elles sont les relais auprès des enfants, et sont les référentes de chacun d’entre eux.
  • Les CAP petite enfance, qui veillent aussi au quotidien à la surveillance et au bien-être des enfants dans la crèche,
  • Un médecin travaille en lien avec la crèche et vient voir les enfants (en moyenne 1 fois par mois), les observer, consulter les carnets de santé sur demande de la directrice de crèche,
  • Un psychologue vient une à deux fois par mois observer les enfants, et se rend disponible pour discuter avec les parents lors de rendez-vous.
  • Dans les plus grandes crèches, un psychomotricien, qui est expert du développement psychomoteur, donne ses conseils et son regard à l’équipe (ex : portage, motricité fine et globale, identification et traitement des troubles du geste et du mouvement…)

Le coût :

C’est souvent le mode d’accueil le moins cher car son coût est calculé en fonction des revenus de l’année n-2 du foyer et du nombre d’enfants à charge. Le coût est pris en charge par les parents, la CAF et la mairie.

Bon à savoir :

Les crèches peuvent être gérées par des mairies ou des conseils généraux (crèches publiques), par des associations (crèches associatives ou parentales) ou par des entreprises (crèche inter-entreprises).

L’éviction de l’enfant malade n’est plus systématique. Seules certaines maladies, très contagieuses, justifient que le tout-petit soir refusé en collectivité.

Chaque crèche élabore son projet projet d’établissement, influencé par différents mouvements pédagogiques (Monterossi, Pickler, Dolto…). Le projet définit, entre autres, les règles de vie dans la crèche et les activités qui y auront lieu.

La crèche familiale

La crèche familiale permet aux enfant d’être accueillis chez des assistantes maternelles (3 à 4 enfants par assistante), qui se retrouvent une à deux fois par semaine dans la crèche familiale pour faire des activités et rencontrer d’autres enfants. La crèche familiale prend en charge les démarches administratives et le suivi des assistantes maternelles. Elle est placée sous l’autorité d’une puéricultrice, d’un éducateur de jeunes enfants ou un médecin.

Le modèle hybride : les avantages de la crèche et de la garde par une assistante maternelle.

Le concept

La crèche familiale est un réseau d’assistantes maternelles, rattachées à une crèche ou un équipement collectif (halte garderie, école maternelle, etc.). La crèche peut être gérée par une municipalité ou par une association.

L’assistante maternelle employée par une crèche familiale est directement rémunérée par celle-ci avec laquelle elle passe un contrat de travail.

L’équipe

Une crèche familiale est formée par un réseau d’assistantes maternelles agréées dirigée le plus souvent par une puéricultrice diplômée d’Etat qui recrute les assistantes maternelles et assure le suivi de l’accueil au domicile des assistantes maternelles.

Le coût

Les parents versent directement à la crèche familiale une somme calculée en fonction de leurs ressources et de leurs charges familiales.

C’est la crèche familiale qui prend en charge les cotisations sociales et patronales.

Bon à savoir

Du fait de la souplesse de ce modèle (horaires, modalité, soins à apporter à l’enfant) et de la simplicité de gestion, les places sont rares!

La halte-garderie

C’est une prise en charge ponctuelle (quelques heures dans la semaine, en cas d’urgence, etc.). Les enfants sont accueillis dans un local aménagé, adapté à la petite enfance (enfants de moins de 6 ans), et pouvant accueillir jusqu’à 60 enfants.

L'autre maternelle

En clair

Le jardin d’enfant accueille des enfants de 2 à 6 ans – elle peut être un substitut à l’école maternelle, qui n’est pas obligatoire. C’est un accueil régulier dont les horaires correspondent à école maternelle ou crèche collective.

L’équipe

Les jardins d’enfants sont sous la responsabilité d’éducateurs de jeunes enfants qui proposent des activités spécifiques favorisant l’éveil des enfants. Le public accueilli étant réputé plus autonome le taux d’encadrement est allégé. La réglementation prévoit un adulte pour 15 enfants, mais de nombreux jardins d’enfants ont un taux d’encadrement autour de 1 adulte pour 8 enfants.

Bon à savoir

2. Gérée par des acteurs privés :

La crèche privée

La crèche privée est une crèche collective, qui accueille des enfants dans les mêmes conditions qu’une crèche municipale. La seule différence, c’est qu’au lieu d’être gérée par la mairie, elle est gérée par une entreprise privée, qui emploie ses salariés, gère ses inscriptions directement, définit son projet pédagogique… Pour en savoir plus sur la différence entre crèche privée et crèche municipale, cliquez ici.

La crèche privée n’étant pas gérée par la municipalité, elle n’est pas non plus financée par cette dernière – c’est pour cela que la participation de l’employeur de l’un des parents est nécessaire pour pouvoir y réserver une place.

Ou encore crèche inter-entreprise - c'est le sujet qui nous intéresse!

En clair

Traditionnellement, les crèches d’entreprises peuvent être destinées à l’usage d’une seule entreprise dans ses locaux ou à proximité, mais de plus en plus souvent elles accueillent les salariés de plusieurs entreprises différentes (crèche inter-entreprises).
Soit l’entreprise construit une crèche sur le lieu du travail, soit elle peut réserver des places de crèches dans un réseau de crèche existant, pas nécessairement situé près du bureau.

L’équipe

Ces crèches sont régies sous le même principe que les crèches collectives. Elles sont conventionnées CAF et pratiquent le tarif PSU (les familles paient le même prix que les dans toutes les crèches collectives en France)

Bon à savoir

Ce sont les entreprises qui peuvent y réserver des places pour leurs salariés et pour leurs collaborateurs.

La micro-crèche

La micro-crèche est une sous catégorie de crèche privée. Elle accueille 10 enfants maximum. Sa structure de coûts est donc réduite par rapport à une crèche classique, et il est possible que le financement d’une place en crèche soit pris en charge par les parents dans sa totalité. Cependant, de plus en plus de micro-crèches demandent la participation financière de l’employeur.

La collectivité en comité réduit

Le lieu

La différence avec une crèche « classique » est surtout le nombre d’enfants qui peuvent être 10 au maximum.

Les locaux respectent les normes de sécurité exigées pour les établissements recevant du public et sont aménagés de façon à favoriser l’éveil des enfants.

L’équipe

Un minimum de deux personnes encadrent les enfants, dès que leur nombre est supérieur ou égal à 4. Le personnel est composé d’éducateurs de jeunes enfants et/ou de puéricultrices

Bon à savoir

Les micro-crèches permettent d’obtenir des aides de la CAF, soit au titre du CMG de la PAJE soit PSU, en fonction des établissement.

La micro-crèche peut être plus flexible en ce qui concerne l’accompagnement de l’enfant : les repas peuvent être prévus par les parents, tout comme les couches et produits d’hygiène.

3. Gérée par des associations :

La crèche parentale

Dans ces crèches, ce sont les parents qui gèrent bénévolement la crèche, aux côtés de professionnels de la petite enfance. Les parents se répartissent les tâches (administratif, préparation des repas, travaux de maintenance, etc.), et accordent quelques heures de la semaine à la gestion de la crèche. La direction de la crèche est assurée par une puéricultrice ou un éducateur de jeunes enfants. Ces crèches peuvent accueillir au plus 25 enfants.

Quand les parents s'investissent dans la gestion

En clair

Ce sont des établissements gérés par des associations de parents dont les règles d’accueil et d’encadrement sont les mêmes que dans les structures collectives. Cependant, l’accueil est limité à 20 enfants (jusqu’à 25 enfants dans certains cas).

L’équipe

Les parents participent à la gestion de la crèche parentale (maintenance, finances, activités, comptabilité…) et quelques fois à l’accueil des enfants. L’équipe qui encadre les enfants est elle toujours constituée de professionnels de la petite enfance.

La crèche associative

Une crèche associative fonctionne comme une crèche collective classique. Ce qui change, c’est tout simplement qu’une association  à but non lucratif subventionne le fonctionnement de la crèche, qui n’a donc pas besoin de subventions de la mairie ou d’une entreprise du privé. Les parents participent ensuite en fonction de leurs revenus. La demande se fait directement auprès de la crèche.

4. Gérées par des particuliers :

Assistante maternelle libérale

C’est une assistante maternelle qui n’est pas rattachée à une crèche familiale, elle est payée directement par les parents en tant que salariée de la famille. Elle a suivi une formation et doit être agrémentée par la Protection Maternelle et Infantile (PMI) pour  pour pouvoir accueillir, à son domicile, des enfants (maximum 4).

La mini crèche à domicile

En clair

L’assistante maternelle est agréée par la protection maternelle et infantile (PMI), et bénéficie d’une formation d’au moins 3 semaines. Elle peut accueillir jusqu’à 4 enfants, âgés de 0 à 6 ans, à son domicile (tout dépend de son agrément).

Son domicile est adapté à l’accueil de jeunes enfants, un budget est prévu pour l’achat de matériel dédié et elle est régulièrement contrôlée.

Elle est alors employée par les parents. Les conditions du contrat de travail sont fixées entre les parents et l’assistante maternelle (rémunération, horaires, fournitures, congés…)

Bon à savoir

A ne pas confondre avec la crèche familiale, où l’assistante maternelle est alors rattachée à une crèche collective, micro-crèche, halte garderie.

Il existe aussi des Réseaux d’Assistantes Maternelles (RAM), qui sont des lieux d’information, de rencontre et d’échange au service des parents, des assistantes maternelles et des professionnels de la petite enfance.
Les parents et les futurs parents peuvent y recevoir gratuitement des conseils et des informations sur l’ensemble des modes d’accueil.
Les RAM apportent aux assistantes maternelles un soutien et un accompagnement dans leur pratique quotidienne en leur donnant la possibilité de se rencontrer et d’échanger leurs expériences, mais aussi de participer à des ateliers éducatifs avec les enfants accueillis par des assistantes maternelles – c’est alors un temps de socialisation.

La garde à domicile (nounou)

Vous embauchez une personne à votre domicile pour garder votre enfant. Cette personne n’est pas nécessairement une professionnelle de la petite enfance. La garde peut être partagée entre deux familles, afin de réduire les coûts – dans ce cas, les enfants peuvent être gardés alternativement chez une famille puis chez l’autre.

C'est la nounou qu'on connaît tous!

En clair

Elle vient chez vous garder votre enfant ou plusieurs en garde partagée, ce qui diminue le coût. Elle n’a pas d’obligation de diplôme petite enfance ni d’agrément spécifique. La nounou peut effectuer d’autres tâches ménagères dans le foyer.

Les horaires définis avec elle, dans le respect du droit du travail et de la convention collective des salariés du particulier employeur.