Et si on regardait comment nos voisins européens traitent de la question de l’équilibre des temps de vie?

Les managers français sont de plus en plus confrontés à la question de l’équilibre des temps de vie : qu’ils fassent partie de la génération Y, qu’ils soient de purs “millenials” ou tout simplement des collaborateurs en quête d’un meilleur équilibre, les salariés français souhaitent une plus grande considération de leur vie personnelle de la part de leurs employeurs.

Le reste des salariés européens a les mêmes considérations, avec 22% des salariés qui citent l’équilibre vie professionnelle-vie privée comme facteur de motivation, mais le monde du travail français a beaucoup de choses à apprendre de ses voisins.

Nous vous proposons donc un tour d’horizon de la façon d’aborder le bien-être et l’équilibre vie pro-vie familiale en Europe.

La prise en compte du bien-être des collaborateurs

Avant de parler d’équilibre des temps de vie, il faut d’abord se poser la question du bien-être de manière générale. Même si les entreprises évoluent et prennent conscience de l’importance du bien-être de ces collaborateurs pour les impliquer et libérer leur productivité, il reste quelques progrès à faire.

En effet, d’après l’étude The Workforce View mené par l’ADP, qui interroge 10 000 salariés européens sur l’avenir du travail en 2018, 14% des interrogés pensent que leur entreprise ne s’intéresse pas suffisamment à leur bien-être. Néanmoins, certains pays font figure d’exemple comme les Pays-Bas et la Suisse, dont les salariés se sentent tout à fait épaulés par leurs employeurs, avec seulement 7% de collaborateurs qui estiment que leur employeur ne prend pas en considération leur bien-être.

L’étude insiste sur le fait que le bien-être des collaborateurs doit être une préoccupation première des Ressources Humaines européennes, qui doivent s’y intéresser activement. Au-delà d’une meilleure communication entre équipes et management, le rapport pousse à envisager des actions concrètes, comme davantage de flexibilité dans le travail et des aides tangibles apportées aux salariés, pour un meilleur équilibre.

L’importance de l’équilibre de vie en Scandinavie

Certains pays européens font néanmoins figure d’exemple en terme d’équilibre des temps de vie.

La Scandinavie, par exemple, nous apprend beaucoup sur l’importance de l’épanouissement personnel ET professionnel, qui est considérablement mis en avant. Le concept du Lagöm est un élément clé pour comprendre la mentalité suédoise. Traduit par “l’équilibre avant tout”, il prône un juste équilibre des différentes sphères de la société, ce qui se traduit dans la vie quotidienne mais également dans les modéles managériales des entreprises suédoises.

Dans les pays nordiques, “Family First” est également un maître mot. Les salariés accordent beaucoup d’importance à la vie de famille: partir plus tôt du bureau pour aller chercher ses enfants à l’école ou tout simplement profiter de moments avec eux est signe d’un bon équilibre. Ne pas accorder ce temps là à sa famille est même mal vu dans ces pays là.

Un congé paternité décomplexé et des congés parentaux optimisés

En Lituanie et au Portugal, le congé paternité ne fait pas l’ombre d’un débat. Ces deux pays proposent le congé paternité à la durée la plus avantageuse que l’on puisse trouver en Europe, avec respectivement 4 et 5 semaines de congés. La Commission Européenne impose aujourd’hui un congé paternité d’une durée minimale de 10 jours et la moyenne se situe aujourd’hui à 1,4 semaines en Europe.

Les pays nordiques se distinguent quant à eux par des congés parentaux beaucoup plus longs qu’en France, de 480 jours en Suède par exemple.

 

L’égalité homme-femme

La France en 2017, se situant à la 11ème place en terme d’égalité femme-homme, a encore beaucoup à apprendre des pays nordiques, qui sont décidément les bons élèves européens.

On trouve à la première place du classement l’Islande et à la deuxième place, la Norvège, qui fait figure de modèle dans l’égalité des genres. C’est intéressant de mettre en parallèle son titre de pays le plus heureux du Monde selon l’ONU !

En Norvège, le congé parental est obligatoire pour les papas pour une durée minimum de 10 semaines et peut aller jusqu’à 14 semaines, entièrement pris en charge par l’Etat. Les pères norvégiens interrogés par France 2 début mars 2018 expliquent même n’avoir aucune inquiétude quant à la reprise de leur travail, après ces 3 mois à s’occuper de leurs bébés !

Point intéressant également sur la corrélation directe entre la garde des jeunes enfants et l’équilibre homme-femme dans le monde de l’entreprise. Une étude montre en effet l’influence directe que peuvent avoir les modes de garde sur le travail des mamans, notamment celles d’enfants de moins de 3 ans. Ainsi, les pays où les modes de garde formels sont les plus répandus affichent le meilleur taux d’emploi des femmes avec une enfant de moins de 3 ans. Par exemple, 75,8% des danoises concernées travaillent, avec 65,2% des enfants de moins de 3 ans accueillis dans des modes de garde formel. Les Pays-Bas et le Luxembourg confirment la tendance également, avec respectivement 73,5% et 71,6% des mamans qui travaillent et 55,9% et 55,1% des enfants accueillis.

 

Quelques bonnes idées françaises en terme de parentalité

D’après l’Observatoire de la Parentalité en Entreprise, 75 % des salariés parents français considèrent que leur employeur ne fait « pas beaucoup de choses » pour les aider à mieux concilier vie professionnelle et vie familiale. Malgré tout, les mentalités changent et les entreprises françaises s’impliquent de plus en plus pour leurs collaborateurs parents.

Il existe donc quelques idées formidables qu’on souhaitait vous partager. Au-delà des horaires décalées proposées par certaines conventions collectives le jour de la rentrée, certaines sociétés accompagnement leurs collaborateurs dans leur apprentissage du métier de parent: atelier de coaching parental (notamment pour les ados), e-learning dédié à l’arrivée d’un enfant, forum d’échange de conseils, guide parentalité… les bonnes idées sont nombreuses. Aider les parents à reprendre le travail sereinement est également un enjeu de plus en plus pris en considération via une aide à la réservation de modes de garde ou un coaching dédié aux mamans de retour de congé maternité.

Rendez-vous sur le site de 1,2,3 Crèche ! pour découvrir l’accompagnement que nous pouvons apporter aux entreprises, quelle que soit leur taille : TPE, PME, ETI ou grandes entreprises, avec peu ou de nombreux parents, nous avons sans doute une solution pour vous!

 

Share This